Faerun

Forum RPG avec de multiples Univers
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On y vas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: On y vas   Lun 16 Juin - 22:37

Le vieil homme tremblait alors qu'il accrochait sa messive a la patte du pigeon argenté. Il vivait dans le sous sol d'une taverne, eclairé par des bougies mourantes, des recueils eparpillers et des lettres...des tonnes de lettres et de plans divers. Il ce devait d'être informer, c'etait son metier après tout, être l'informateur et l'homme de main entre le client et l'executant. Des clients il en avait par dizaine et ce devait d'en refuser, certains avaient des boulots simples, il avait même pris l'habitude de deranger toujours les deux memes jeunots a son service pour ce genre de besogne. bien payer, mais rien d'extraordinaire. Le vieil homme les informaient de bouche a oreile ou les toruvaient a des points de rendez-vous divers, leur donnant toutes informatiosn necessaire pour l'accomplissement du travail. Un pourcentage lui revenait en echange de ses services. Mais ce cas si était delicat, impossible, frustrant et pour deux raisons.

De prime abord, son client l'avait approcher personellement en lui remetant une bourse de 200piece si il acceptait de coopéré avec lui. aussitot il avait été sur la defensive, un de ses associers devait être recherché alors il nia tout en bloc. Mais la panique continua de grimper en lui sans vergogne, tandis que le client, insistant, l'informa de son projet. Il Desirait un objet unique, rare...dans la salle des tresors de Solitude. Puisque la couronne avait été laissé a une etrangère, ce serait du gateau avait-il promis. Devant la tâche casi suicidaire et risqué, notre homme avait pensé a refuser immediatement et redonner la genereuse avance, mais ses doutes et sa peur s'envolère dans un ecran de fumé, balayer aussitot pour laisser place a la curiosité...lorsque le futur client demanda Garret...

Garret.
Personne ne le connaissait, il etait certe son meilleur element, le plus distant aussi, un fantome. Bon, cet inconnu n'avait pas dit son prenom, seulement dit qu'il avait conaissance que le dernier coup monter a Faillaise, un brillant coup, n'aurait pas été mener par la guilde des voleurs, et que notre cher bonhomme etait en contacte avec notre voleur talentueux.

Il accepta...
ou du moins lui dit qu,il y penserait. Une fois dans son repaire sans perdre une minute il avait écrit cette messive, avec les directives strictes de la mission et la recompense alouer si Vincent ce mettait sur l'affaire. Ouvrant la petite fenetre de son sous sol, il laissa s'envoler le pigeon voyageur. Il ignorait où allait ce volatile. C'était Eden, l'animal de Vincent, c'est lui qui l'avait trouver et jamais notre vieu bonhomme ne sut communiquert auytrement que par cet oiseau. Restant d ans l'ignorance jusqu'au coup...ne sachant que le nom de son voleur, jamais rencontrer en personne. Et si oui, il ne l'aurait pas reconnu. C'était un homme prudent...et fou ce Vincent, car si il y avait une chose dont il etait certaine, c'est qu'il accepterait...pour le defis



-----------------------------------------------------------------

Sa planque pour le mois. Il en changeait regulierement, pas car on tentait de le trouver, car il n'existait pas a leur yeux. Mais par sécurité. C'était une sorte de vieux moulins abandonner, tres vastes, les termites faisaient un festin et il fallait surveiller où vous metiez le pied, sinon gare a la chute. Vincent en conaissait déjà tout les recoins et avaient installer quelques pieges, non mortel, juste pour immobiliser de futurs fouineurs. Assis contre le bord de l'immense fenêtre du grenier, une jambe dans le vide, il observait le petit peuple plus loin, sautillant au song des instruments de musiques et dansant alors qu,un barde chantait la legende d'un homme ayant endosser plusieurs roles, etant un comedien de renom, qui jouait tellement bien, qu'il en avait perdu sa propre identité et ne savait plus où ce trouvait sa place.

Vincent arqua un sourcil et s'en desinteressa rapidement. Il savait où etqait sa palce, qui il était. La pluspart des gens finissaient par ce remettre en question, pas lui. Non une question de vanité ou d'orgueil, il avait juste conaissance de son role dans ce monde. Il ne voulait pas être en pleine scene, gouverner? pour quoi faire? Craindre encore plus d'ennemis qu'une catin d'un bordel? Il n'avait pas besoin de plus de comfort qu'il n'en possedait déjà, ni d'avoir son visage placardé partout... vivre comme un fantome était juste..parfait

- Hey merde...

Jura t'il en essuyant une fiente d'oiseau tomber sur son surcot. il leva les yeux au ciel, soupira agacer, puis ce leva avec lenteur, trouva un vieu linge qu'il trempa dans un sceau d'eau et effaca toute trace de cette merde tomber du ciel. Alors qu,il travaillait super dur sur cette foutu tâche, il entendit les 4 petits coups caracteristique contre la fenetre et Eden qui ce posait sur le pupitre plus loin, roucoulante.

- tiens tiens que m'amene tu la, ma jolie?

Il jetta avec dedain le torchon s'approcha avec douceur, cueillit le papier a sa patte et la caressa sous le bec d'un doigt pour la remercier, tandis qu'il deroulait et parcourait deja le message, intriguer, un nouveau boulot certains, mais pourquoi sur un papier et pas sur un carton d'allumette comme a l'habitude. Est-ce que ce vieux fumeur de Girard, manquerait de paquet d'allumette? Ca, il en doutait.

Quand le message fut entièrement lut, sa seule recation fut un haussement de sourcil, puis un ''hum?'' suivit d'un roulement d'yeux bientot enchainé par le petit papier qui alla bruler dans le toneau de metal, dont il ce servait comme foyer. Donc...Girard utilisait un papier car il n'avait pas asser long d,une petite boite pour ecrire tout ca. C'etait comprehensible, mais il aurait pus aussi resumer cela par des mots clés du genre : « broche de jade et d'obsidienne, tresor de solitude, demander personellement, payer en double si ramener après demain à l'aube » c'etait si compliquer?

Solitude hum?
Vallait mieu ce mettre en route tout de suite. Vincent recueillis ses effets personnel, ses outils de pickpocket, son arc en alliage retractable, qu'il placa dans son dos avec son carquois, faisant sur d'avoir une reserve suffisante de flêche. Il siffla Eden, elle vint ce poser sur son épaule, il ecrivit au verso du papier, grossiermeent un « d'accor » sans plus ni moins et renvoya sa cherie porter le petit mot a son informateur. Lorsque Garret fut finalement pret, il remonta son bandeau sur son nez, ajusta sa toque, et pris la route vers Solitude, sous le manteau de la nuit...comme un fantome

Revenir en haut Aller en bas
 
On y vas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Faerun :: Hors-jeux :: Sujets (RP) terminés-
Sauter vers: