Faerun

Forum RPG avec de multiples Univers
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Takahashi Kazumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kazumi

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 01/08/2013

MessageSujet: Takahashi Kazumi   Sam 3 Aoû - 22:05

Prénom et nom : Takahashi Kazumi
Âge : 20 ans
Sexe : Femme
Race : Humaine de Jade
Rang : Artiste, Autre ou Paysanne à vous de voir
Alignement : Neutre
Particularité : Couverte de tatouage

Équipement & Capacités : Elle utilise pour se battre des piques et des aiguilles qu’elle lance avec précision pour empoisonner ses ennemis. Elle en porte dissimulés dans ses vêtements et dans ses cheveux. Ces derniers ont l’apparence de décorations commune pour les femmes de Jade. Elle sait se mouvoir avec la grâce et le ravissement d’une danseuse, agençant spectacle et attaque. Elle possède également toutes sortes de fioles de poisons camouflées dans des huiles de massages et des encres de tatouage. Elle possède de puissant poisons mortel, paralysant et somnolant, mais aussi quelques-uns pour affecter les sens des gens, des stimulants, des hallucinogènes et mêmes des aphrodisiaques. Certains parmi eux servait à la guérison ainsi que quelques onguents. Kazumi ne les utilisent que lorsqu’elle se sent menacée ou quand cela lui est bien utile, et sont toujours à portée de mains quand elle travaille près des hommes pour les tatouages ou les massages. Elle n’en manque jamais car elle les fabrique elle-même avec des ingrédients diverses qu’elle trouve sur les chemins ou achète chez des marchands. Elle possède également quelques tours de charme pour négocier avec les hommes. Pour ce qui est de ses sens artistique, elle fait de merveilleux dessins qu’elle marque avec joie sur le corps des gens, son moyen de rémunération préféré, l’artiste étant tout aussi douée pour d’autres formes d’arts. Elle danse et joue du Shakuhachi, une flute légèrement courbe avec quatre trous sur le devant et un autre à l’arrière, pour émerveiller les hommes des auberges et tavernes qu’elle croise. Elle joue principalement des airs de son royaume mais connais des ballades et des airs d’un peu partout. Les propriétaires sont souvent ravis de l’accueillir gratuitement en échange de ses spectacles. Kazumi possède plusieurs tenues seyantes et particulières, se servant des mêmes, tant pour la vie courante que pour ses spectacles. Ils ont tous la particularité de la mettre en valeur et d’exposer son corps comme une œuvre d’art. La jeune femme transporte toutes ces choses avec elle dans une minuscule charrette tirée par une petite jument bien docile.

Maitrise des pouvoirs : Kazumi ne possède aucun pouvoir.

Caractère : La jeune femme adopte son ton au contact des gens afin de leurs plaire au mieux, lorsque ça en vaut la peine. Autrement elle reste calme faces aux situations. Elle se dit toujours que la vie était ainsi faite et qu’elle ne pouvait que continuer son chemin. Elle ne voit aucun intérêt à philosopher sur le sens de la vie, de la mort, ni de chercher des réponses aux questions qui sont, comme on le dit, sans réponses. La petite fille innocente qu’elle a pu être dans son enfance, n’est plus une petite fille. Ses expériences lui ont dit que l’amour n’est rien de plus qu’une illusion créée par le cerveau à l’aide de glandes hormonales. Ses aphrodisiaques viennent le confirmer. Suivre ses hormones pour en tirer plaisir peut-être une chose faisable pour l’histoire d’un soir mais au grand jamais pour faire sa vie comme ses parents. Kazumi ne compte donc que sur elle-même depuis qu’elle a décidé de suivre son propre chemin. Même si elle a longtemps désiré une vie normale, elle ne regrette pas ce qu’elle est devenue.

Physique : Kazumi est vraiment jolie. On le lui dit de toutes sortes de manière depuis qu’elle est toute petite. Elle ressemble aux princesses que l’ont décrit dans les contes de fées. Ses longs cheveux noirs d’encre sont aussi lisses que les plus belles soies de Jade et lui descendent jusqu’aux cuisses. Elle les laisse pousser depuis les conseils de beauté de Miryoku. Pourtant elle les relève toujours dans des coiffures aux nombreuses décorations. Se fiant toujours au conseil de Miryoku, elle s’applique un maillage délicat qui accentue la pâleur de sa peau d’albâtre, attire l’attention sur ses lèvres tentatrice et assombri son regard gris. Puis, suivant ses expériences et ces goûts, elle s’est fait tatouer un peu partout sur le corps. Des pétales de fleurs rouges autour d’un œil, un dragon rouge serpentant sur son dos jusque sur son bras, d’autres pétales et des fleurs complètes s’éparpillent sur elle, des tiges d’épines lui enserrent une cheville, un serpent se glisse autour d’une cuisse, tiraillé par des oiseaux, une branche de cerisier part de son entrejambe et lui longe le flanc gauche, entourant son nombril de pétales, un poisson rouge l’observe sur son poignet. Et peut-être quelques autres encore. Gardant toujours ses airs de princesses et son corps délicat, Kazumi n’en semble plus une aujourd’hui.

Histoire :
Voici un petit résumé pour tous ceux qui ne veulent pas trop en lire :

Histoire en quelques lignes:
 


*            *
Les premiers pas
*

Takahashi Kazumi, fille de Takahashi Benjiro et de sa femme Akane, est née dans un petit village de Jade. Benjiro et Akane se marièrent par amour contre la volonté de leurs deux familles respectives. N’héritant pas de terres, ils empruntèrent de l’argent et mirent tous ce qu’ils avaient pour acheter quelques hectares et se bâtirent une maison dans une petite rizière. Ce n’était pas bien grand mais c’était suffisant pour survivre. Quelques mois après leur mariage controversé, Akane mis au monde un joli petit bout de chou tout rose. C’était vraiment un beau bébé, mais un bébé qui demandait beaucoup d’attention. Les champs étaient de moins en moins performants au fil du temps et quand leur petite Kazumi n’était qu’une adorable bambine, une sécheresse fit sévisse. Les domaines les plus durement touchés furent ceux en hauteur, tout particulièrement la terre déjà faible de Benjiro.

Le couple dû redemander de l’argent à leur percepteur. Ce qu’il n’acceptait qu’en garantie de leur bien le plus précieux, leur fille Kazumi. Benjiro fut tenté de refuser, sa fille n’étant pas une monnaie d’échange. Akane le convainquit d’accepter, car s’ils ne faisaient rien, ils allaient mourir, leur chère enfant avec eux. L’homme d’ajouter que ce n’était qu’une garantie supplémentaire. Le père accepta à contrecœur, se refusant de voir sa famille souffrir de la famine encore plus longtemps. Lentement la vie reprit son court et le bonheur semblait enfin pointer le bout de son nez pour cette petite famille. Mais cet espoir ne fit pas long feu face au mauvais sort.

Un jour, le percepteur passait pour son tour mensuel. Les champs semblaient à l’abandon depuis plusieurs jours et une tombe avait été creusée sur le côté de la maison. Il s’y approcha et pu y lire « Takahashi Akane, Femme et Mère aimante. » grossièrement gravé dans un rocher, semblant faire office de pierre tombale. Des fleurs mortes et une poupée d’enfant décoraient la tombe de la défunte. L’homme entra avec précaution dans la maison, n’ayant obtenu aucune réponse. Dès la porte ouverte, il eut une bouffé de décrépitude qui l’envahit. Un mélange de pourriture et de décomposition. De la nourriture avariée trainait sur la table, les mouches s’en régalait. La porte de la chambre principale était entrouverte et la pénombre y régnait. S’y aventurant il perçu un corps allongé dans le lit, ça sentait la mort. Sa manche contre la bouche et le nez, il alla ouvrir le rideau de la fenêtre pour y laissé entrer la lumière. Benjiro reposait dans le lit, le corps mince et sèche, un linge plier sur le front. Ces yeux gris étaient crevés par les vers et les bestioles grouillaient autour de lui. Où était la fille? Il se précipita dans la chambre de la petite et un soupir mélangé à un gémissement sortit de ses lèvres. Elle aussi reposait dans la pénombre de sa chambre, un linge identique sur le front et il entendait les mouches voler tout autour. La maladie qui atteignait certains villageois semblait avoir décimé cette famille en quelques jours. S’apprêtant à partir il entendit un léger gémissement, elle était encore en vie!

L’homme l’emmena avec lui et la confia à un médecin. Il ne pouvait pas la garder avec lui, c’était inacceptable. De plus elle était sa seule garantie pour couvrir la dette de la famille, qu’ils étaient encore loin de payer. Il fit nettoyer la maison de fond en comble et transféré le couple dans une tombe conjointe au cimetière, les frais s’additionnant à la dette. Avec la vente de la propriété, il récupéra une part de son argent, mais cela n’était pas suffisant. Lorsque Kazumi reprit des forces et des couleurs, il vendit la fillette pour une petite fortune, il avait le droit, elle était le dernier paiement des Takahashi. Il récolta plus que la famille ne lui devait, mais il faut dire qu’elle était vraiment mignonne cette petite. La femme à qui elle appartenait désormais saurait surement en tirer profit.

*            *
La vie recluse
*

C’est parents morts, Kazumi était désormais la propriété d’une ancienne femme de joie. Miryoku possédait la plus réputée maison close du cartier riche de la grande ville. Le bâtiment se dissimulait sous des bains privés appelés Les Bains de Charme, accessibles aux membres seulement. Chaque fille y travaillait sous un faux nom, non pas un faux nom, un nouveau nom, tel que Miryoku, qui signifie charme. La jeune fille y entra sous le nom de Shiori Hana, soit la fleur blanche. Avant toute chose elle devait suivre une formation très stricte et très longue, puis devait travailler pour rembourser les frais de son achat et de son éducation. Shiori Hana y reçut une éducation variée, elle et deux autres jeunes filles, Koneko le chaton et Suteki l’adorable, étaient littéralement les élèves de charme de Miryoku. Elles faisaient à elles trois toutes les tâches et les demandes que Miryoku pouvait bien leur exiger, trimant toute la journée à jongler entre les devoirs de leur Maitresse et à suivre leurs cours. Il y avait en tout cinq Maitresse qui dirigeaient l’établissement. Elles avaient une ou plusieurs apprenties et chacune s’occupait de donner un cours, soit : beauté et esthétique; maintien et danse; musique et chant; art et composition florale; massage et courtoisie. Miryoku était la principale Maitresse et s’occupait du cours le plus important, massage et courtoisie. Ce dernier consistait à apprendre l’offre offerte aux bains, comment plaire aux clients tout en leur apportant détente et plaisir.

Shiori Hana se plia à toutes les demandes de sa Maitresse, elle apprit tous ce qu’elle avait à savoir. Quand un client la demandait, il repartait toujours satisfait, la grande beauté de la jeune fille compensait son léger manque d’enthousiasme. Miryuko était fier d’elle. Cependant la femme n’était pas sotte. Elle devinait les pensées rebelles de son élève, elles en avaient toutes. C’est pourquoi jours après jours les Maitresse inculquais leur savoir aux jeunes filles tout en s’assurant de les rendre dociles par diverses moyens. Le but n’étant pas de leur enlever leurs personnalités, elles ne les maltraitaient pas, mais essayait de leur faire aimer Les Bains de Charme.

Suteki étaient la plus âgée des trois, elle adorait cet endroit. Selon elle, il n’y avait pas meilleurs lieu ou vivre pour une orpheline. Elles ne connaissaient pas la misère et était logées et nourrie à prendre du bon temps. Koneko ne partageais pas son avis. Elle n’était pas une orpheline, elle avait été vendue par ses parents qui n’avaient pas les moyens de la gardée ni le désir de l’aimer. Elle se sentait rejeté par sa famille et s’écœurait de ses femmes fausses qui voulaient lui faire croire qu’elles étaient dans un foyer qui les aimaient. Shiori Hana écoutait ses deux ainées se demandant laquelle avait raison. L’une vivait heureuse de son sort et l’autre se sentait emprisonné et utilisé. La benjamine devait souvent servir d’intermédiaire entre ses deux sœurs. L’opinion des filles déteignait de plus en plus sur elle. Shiori Hana ne venait pas de la ville, elle ne connaissait pas vraiment la vie puisqu’elle avait été vendue très jeune et n’avais presque pas connue ses parents, même si elle savait que ceux-ci l’aimaient et s’aimaient. N’étais-ce pas la même chose avec leur Maitresses et leurs clients? Ne formaient-ils pas une grande famille?

L’envie de Shiori Hana grandissait de jour en jour. Elle observait les rues de derrières les rideaux toujours fermés, elle voulait savoir comment les gens vivaient en ville, elle voulait pouvoir dire laquelle de ses deux sœurs avait raison, mais elle ne pouvait pas. Miryoku les empêchait de sortirent, leur disant que la grande ville étaient dangereuse pour de petits bourgeons comme elles. Koneko renchérissait que c’était pour les empêcher de s’enfuir et que le secret des bains ne soit révélé. Shiori Hana voulait croire Suteki, mais les arguments que défendait Koneko n’étaient pas vide de sens, même si elle semblait empirer la situation. Curieuse, la jeune fille commença à poser des questions discrètes aux clients. Eux ils savaient comment la vie allait de l’autre côté de ses murs. Elle ne leur posait pas des questions directes, mais orientait leurs conversations afin de savoir ce qui se passait à l’extérieur. Comme il n’y avait aucune vraie question, il n’y avait aucune vraie réponse non plus. La jeune fille interprétait les paroles, il semblait y avoir tant de personnes malhonnête et fourbe, mais la vie de famille semblait si différente de ce que leur disaient leurs Maitresses. À force de questions et de curiosité, l’improbable se produisit. Shiori Hana s’enfuit alors que toute la maisonnée dormait et revint sans que l’on ne s’en rende compte. Pour tromper les filles, elle prit une de ces boissons revigorante pour les clients, celle qui les empêchaient de s’endormir. La jeune fille fit comme si de rien n’était, pourtant les doute qui assaillaient Koneko venait de la rejoindre. Suteki était dans le tort

Ses questions furent interrompues par le test final. Les trois filles, à peu près du même âge, suivaient leur cours au même rythme depuis leur arrivé aux bains. Elles passeraient donc d’apprentie à débutante en réussissant le test. À chaque jour les filles passaient une soirée en compagnie d’une Maitresse. La femme jouait le rôle du client et demandait à l’apprentie de faire toutes sortes de choses. Au bout des cinq jours, les Maitresse se réunissaient dans une salle close pour discuter. Si une des filles n’était pas accepté ne serais-ce que par une Maitresse, elle ne passait pas et redevenait une apprentie pour un an. Cet an passé, si elle ne faisait toujours pas l’affaire, elle travaillait comme ménagère aux bains et perdait plusieurs de ses privilèges. La semaine passa vite pour les trois jeunes filles, les Maitresses demandaient de faire tout ce qu’un client avait le droit, passant des choses anodines aux pires. Les jeunes filles attendaient le verdict dans le couloir avec anxiété. Seule Koneko ne s’énervait pas. Suteki lui demanda pourquoi elle n’était pas nerveuse, Koneko lui répondit qu’elle savait qu’elle n’allait pas être acceptée et que le rôle de ménagère lui allait parfaitement bien. Elles furent appelée toutes en même temps. Miryoku prit la parole, s’était une phrase simple, sans explication et sans appel. « Shiori Hana et Koneko sont acceptées, Suteki tu repasse une année.»

Shiori Hana avait toujours réussi à calmer les ardeurs entre ses sœurs, mais cette fois elle ne pouvait rien faire. Suteki en voulait à sa cadette, car elle était persuadée qu’elle avait manigancé quelque chose alors que cette dernière ne pipait mot sous les insultes. Plus tard, Koneko avoua à sa petite sœur qu’elle allait s’enfuir, qu’elle ne supporterait plus d’être traité de la sorte, qu’une famille n‘était pas censé être aussi fourbe, que les clients l’écœurait à la prendre et que c’était immorale de permettre à des pervers comme eux de touché de la sorte de si jeunes filles. « Je pars et je ne veux pas que tu oublies mon nom, je suis Chizu. Je suis Chizu. Si tu veux me dire le tient, je ne l’oublierai pas. » Shiori Hana fut surprise, jamais elle ne s’étaient dit leurs noms, s’en rappelait-elle? « Je suis… Je suis Kazumi! » Ce fut la première fois que Kazumi reprit le dessus sur Shiori Hana. Le retour à sa vraie personnalité allait être long, mais elle commençait à se retrouver.

Le lendemain, Miryoku eu le regret d’annoncé aux filles le triste sort de leurs chère sœur Koneko, elle était morte noyé dans un bain. Elle aurait supposément glissé sur le carrelage et se serait cogné la tête avant de tomber inconsciente dans l’eau. Kazumi savait que s’était faux, que Chizu n’était pas morte, mais qu’elle s’était enfuie. Quel étonnement se fut quand elle aperçut des hommes qui venaient chercher le cadavre et qu’elle vu clairement le visage blême de sa sœur. Ses cheveux mouillés lui collaient à la peau et un sillon de sang coulait sur son visage en imbibant de rouge le col de son kimono blanc. C’était impossible! Elle allait s’enfuir, pourquoi serait-elle allée aux bains qu’elle détestait tant? Il y avait quelque chose qui n’allait pas dans l’histoire de Miryoku. Kazumi allait tenter à son tour de s’échapper. Elle comprenait les motivations de sa sœur et savait qu’elle n’y parviendrait pas si facilement. La jeune fille devait d’abord éloigner les soupçons, les Maitresses l’observait un peu trop à son goût. Elle avait réussi à s’enfuir une fois, elle allait bien pouvoir recommencer. Kazumi fit comme si elle était encore Shiori Hana, elle pleura sa sœur comme toutes les autres, entama ses premiers jours comme débutante, se plia aux désirs des hommes qu’elle trouvait de plus en plus malsains. Elle volait de l’or, se bâtissant une petite cagnotte pour ne pas partir les mains vide, ayant découvert lors de son échappade que c’était la chose la plus importante pour les personnes du monde extérieur. Elle en devina la valeur avec les propos des clients. Elle ignorait alors que c’est gens étaient de riches hommes qui dépensait des fortunes pour un simple pain.

Cela lui prit du temps et de la discrétion, mais elle réussit à s’enfuir. Elle avait amassé une belle somme qu’elle dissimulait un peu partout où elle pouvait pour ne pas attirer l’attention. Les Maitresses la comptaient comme une sœur désormais et non plus comme une débutante. Suteki à son tour était devenu une débutante puis une sœur, elle se plaisait à vivre ainsi et à donner son corps à des hommes qui payaient Miryoku pour l’avoir. Elle était populaire et adorait cela, attirer l’attention la réconfortait peut-être. Depuis que Chizu n’était plus là, elle se portait comme un charme, tout comme les Maitresses. Elle se décida à partir quand une nouvelle fille arriva. Cette dernière arrivée ne devait pas avoir plus de cinq ans, l’âge que Kazumi avait quand elle-même fut achetée par Miryoku. Elle décida de partir ce jour-là car la fillette avait été nommée Koneko, Kazumi ne le supportait pas.

Jetant un dernier regard en arrière avant de sauter par la fenêtre, elle se remémora Chizu, comment elle était et comment elle est morte. Elle se souvint que la tache rougeâtre qui envahissait son kimono ressemblait à un pétale. À partir de ce jour elle ne serait plus Shiori Hana la fleur blanche, mais Kazumi la fleur rouge.

*            *
Enkidiev, un monde à découvrir
*

Kazumi a quitté Les Bains de Charme depuis plusieurs jours maintenant. La vie à l’extérieur est bien plus difficile qu’elle ne l’avait imaginé, c’était bien loin de son escapade d’un soir. La ville est loin derrière elle maintenant, elle fuit la chaine de montagne et cours vers cet immense pic qu’elle voyait pointé au beau milieu de terrains plats. Elle se fait le plus discrète possible, gardant le plus d’or qu’elle pouvait ne sachant pas quand elle allait pouvoir en avoir d’autre. Elle fut très étonné de voir que sa vision de la valeur monétaire n’était pas du tout vraie et que l’argent qu’elle avait accumulé était une somme importante et non un petit quelque chose comme le laissait croire ses anciens clients. Jours après jours, l’adolescente poursuit son chemin, regardant de moins en moins par-dessus son épaule et savourant un peu plus son voyage. Kazumi appris en route qu’elle se dirigeait vers la montagne de Cristal et qu’à ses pieds se trouvait le Château d’Émeraude. Elle ne savait toujours pas ce qu’elle allait y faire, mais elle pouvait bien se rendre jusque-là pour se trouver un endroit où dormir et peut-être même du travail.

La jeune fille avait rencontrée bien des gens depuis son départ, mais un jour elle rencontra un homme dans la fleur de l’âge qui voyageait à pied en compagnie d’un petit garçon, n’emmenant avec lui qu’un âne un peu vieux pour transporter leurs effets. Ils s’étaient rencontrés à un croisement de route, semblant tout deux allez en direction du Château. Après un cours moment à marcher à deux mètre l’un de l’autre, l’homme s’adressa à elle. « Vous venez de Jade n’est-ce pas? Vous aussi allez au Château d’Émeraude? » Kazumi ralenti le pas afin de se retrouver à la même hauteur que les voyageurs. Il lui expliqua qu’il se rendait à Émeraude pour y conduire son fils. Le petit garçon n’était âgé que de cinq ans. Elle lui demanda comment des parents pouvaient abandonner leurs enfants à d’autres, pensant surtout à son histoire, celle de Chizu et celles des autres filles avec qui elle avait été éduquée. Il lui dit que sa femme et lui aimaient leurs enfants, mais que celui-ci était spécial et avait une meilleure destiné que simple fermier. Il lui parla des Chevaliers d’Émeraude, vantant leurs méritent et leurs exploits. Il disait que son fils avait le potentiel magique pour devenir l’un d’entre eux. La jeune fille ne comprenait pas la fierté de l’homme à se séparé de son enfant en disant qu’il allait être mieux avec des inconnus à se battre, risquant mourir, plutôt qu’avec sa famille à vivre paisiblement. Le meilleur moyen d’aimer son enfant n’était pas de le donner.

La jeune fille ne savait pas à quoi s’attendre du Château, mais déjà leurs Chevaliers lui faisaient moins aimer ce royaume. Elle voyagea encore un bout de temps avec l’homme et son fils. Le soir venu, ils arrêtèrent à une auberge et le lendemain elle ne les suivis pas vers le Château d’Émeraude. Kazumi prit son temps ce matin-là, car la veille elle avait décidé de faire tourner son chemin. Elle décida donc de partir en direction du Sud voir ce que les temps chaud offraient. Sa connaissance du monde était très limité et son sens de la survie en forêt très faible. Son incompétence en la matière lui faisait souvent passer des nuits à la belle étoile sur le bord de la route. La pluie la surprise une nuit ou elle dormait sur le sol non loin du chemin qu’elle suivait dans le royaume de Turquoise. Elle passa donc le reste de la nuit à chercher un abri et demanda l’hospitalité à une famille vivant dans une ferme éloignée. Kazumi y passa la journée à laver ses vêtements et s’organiser un peu, aidé par Cathy, la mère de la maisonnée. Puis au soir elle dormit à l’abri de la pluie et au chaud dans la grange. Elle se souvint alors des draps soyeux dans lequel elle dormait quand elle était encore aux bains. Si elle pouvait trouver un endroit où s’arrêter, peut-être retrouverait-elle un peu de confort.

Le lendemain matin, la jeune fille s’apprêtait à repartir quand Cathy vint la rejoindre dans la grange. Elle lui intima l’ordre de poser son sac et de venir l’aidé à nourrir les bêtes. Elles accomplirent la tâche sans trop bavardé, seul la femme parlait et la encore ce n’était que pour dire ce qu’elle attendait de Kazumi. Puis elle la conduisit à la cuisine, lui offrit un pain grillé au jambon et un verre de lait. « Je ne te l’ai pas demandé hier puisque tu semblais épuisée, mais que fait une aussi jeune fille telle que toi toute seule et aussi loin de son Royaume? » Kazumi ne répondit pas tout de suite, elle ne savait pas quoi dire. Qu’elle était partie car elle fuyait sa Maitresse qui l’avait acheté à cinq ans alors que ses parents venaient de mourir et qu’elle ne voulait plus faire toutes ses choses que les clients lui demandait? Ce n’était certes pas une chose à dire. Elle décida de dire la vérité sans y aller dans la dentelle, tout en coupant ce qui n’était pas indispensable. « Mes parents sont morts, je cherche un endroit où aller. » Finit-elle par dire à la femme bienveillante qui s’inquiétait pour elle. Pourquoi au juste, Kazumi n’était pas de sa famille, en quoi son sort pouvais bien l’importunée. Cathy lui proposa de resté vivre avec eux, elle travaillerait pour gagner son pain. Profitant de la situation pour acquérir un peu d’expérience, l’adolescente accepta, mais prévint dès le début que ce n’était que pour un temps. Elle passa donc le reste de la journée en suivant Cathy partout, l’aidant dans ses tâches quotidiennes et rencontrant véritablement tous ses enfants.

Presque un mois s’écoula tandis qu’elle vivait toujours dans la grange, partagent la vie de cette famille. Il n’y avait aucun amour entre les parents, juste du respect. Jamais ils ne se touchaient et ne parlaient que lors des repas pour se mettre aux faits l’un l’autre des dernières nouvelles. Et même s’ils dormaient dans le même lit, Cathy lui avoua qu’il ne s’y passait jamais rien. La jeune fille demanda à Cathy si elle pouvait accompagner son mari au marché du village. Celle-ci comprit que le temps était venu pour leur invitée de s’en allé suivre un autre chemin quand elle aperçut le sac que portait la jeune fille. « Dépêche-toi il vient juste de partir, mais avant prend ceci. » La femme sortit une toile étanche bien plier et enroulée de cordes. « Tu n’auras plus besoin de chercher des abris la nuit, ce n’est pas tout le monde qui est aussi bienveillant que nous. » Kazumi la remercia d’une grande accolade et partit rapidement à la poursuite de la charrette du mari. Cette dernière n’allait pas bien vite surchargée comme elle était. Il s’arrêta pour la laissé monter et ne pipa mot durant tout le trajet, comme à son habitude. Lorsqu’ils arrivèrent à la ville, il lui dit un simple au revoir suivi d’un bon voyage. Elle sourit lui prit tendrement la main et y déposa quelques pièces alors qu’elle lui donnait un léger baiser d’adieu sur la joue. Elle savait qu’elle n’avait pas travaillé suffisamment par jour pour la nourriture qu’elle prenait en plus du cadeau que lui avait fait Cathy. Elle savait aussi que la femme n’aurait pas accepté et que l’homme saurait le prendre. Il dirait probablement qu’il avait fait de bonnes ventes au marché.

Kazumi repartait encore une fois à la découverte des royaumes. Elle se sentait prête à affronter tous les défis que la vie allait lui présenté et suivre le cours des événements comme s’il n’y avait rien de plus normal. Le périple qu’elle affrontait seule à nouveau fut d’un temps ridiculement cour. La jeune fille se promena dans le village, allant d’une étale à l’autre, de la nourriture pour la plupart mais également quelques objets pratiques. Les bruits environnants étaient comme tous les bruits de foule, mais un détail semblait perturber la routine habituelle. De la musique et des chants résonnaient en arrière fond. Avec curiosité, elle s’aventura vers la foule de plus en plus grande et bruyante. Le chemin la conduisit aux abords du village ou il y avait une installation de voyageurs. Des charrettes servaient d’étales au-devant et il y en avait plusieurs à l’arrière qui possédait un toit, comme de petites maisons ambulantes. Les marchands semblait tous aussi spéciales les uns que les autres. Aucun ne vendait de nourriture, même s’il y avait sur les étals des épices et des sucreries, mais ils en toquaient bien volontiers contre leurs marchandises, qui étaient hautes en couleurs et très diversifiées. Certains ne vendaient même pas des objets mais des tours de passe passe pour amuser les foules. Sous la grande tente au fond, on vendait les entrées pour un spectacle, elle en prit un, il allait bientôt commencer.

L’adolescente y entra et trouva une place libre à l’avant des estrades, il n’y avait pas beaucoup de personnes contrairement aux nombre de places disponibles. Peut-être était-ce différent dans de plus grandes villes? Le spectacle n’était qu’un défilement de personne montrant leur talent avec éclairage, costume et musique, entrecoupé par les présentations humoristique de deux personnages drôlement déguisés, elle les observaient pourtant avec grand intérêt. Un crachait du feu et jonglait avec des objets en flammes; l’autre grimpait dans les airs et se balançait de corde en corde effectuant des acrobaties aériennes; une troupe de femmes et d’hommes dansait juste pour le plaisir des yeux; et un homme lançait des couteaux de toute formes sur des cibles autours de lui. Il s’approcha des estrades, et demanda une jolie femme comme volontaire pour une petite expérience. Il passa devant les premières rangées et s’arrêta devant une jeune fille qui n’avait pas sa place parmi les hommes et femmes de ce village. « Je vois ici une beauté de Jade qui fera parfaitement l’affaire! Si toutefois elle ose me rejoindre! » Kazumi fut surprise qu’il s’adresse à elle, mais accepta. N’était-ce pas elle qui se décidait d’accepter tous ce que la vie lui présenterait?

L’homme dont elle avait oublié le nom de scène la conduisit sur un x placé devant un bâton de bois fiché dans le sol. Il lui demanda de resté bien droite alors qu’il plaçait une pomme sur le dessus de sa tête et rigola du maintien qu’elle avait. Cela ressemblait aux exercices des Maitresses pour apprendre à avoir une bonne posture, restée des heures avec un verre d’eau sur la tête sans le renverser. Il fit son spectacle, s’adressa à la foule et expliqua ce qu’il allait faire, riant de la stoïque adolescente. Il allait lancer un dard qui arracherait la pomme du dessus de sa tête et la planterait sur le bâton derrière. Kazumi de cilla point, même lorsque la pomme s’envola contre le bout de bois et qu’une giclé de jus trempa ces cheveux. Elle avait pu sentir la foule qui retenait son souffle qui se relâchât dans un tonnerre d’applaudissements. Le lanceur salua la foule, bien content de son numéro. Elle aurait voulu restée au centre encore un peu, mais Kazumi fut raccompagnée à son siège par les deux loufoques qui présentaient ce spectacle.

La jeune fille regarda la représentation jusqu’à la fin. Une idée saugrenue lui traversa l’esprit alors qu’elle se ravissait du futur que cela lui donnerait. Le spectacle terminé, elle attendit que tous les spectateurs partent de la grande tente. Pour sa part elle resta sur place le temps que l’espace se libère. Ensuite elle alla voir les artistes qui s’occupaient de leurs matériels dans les coulisses. Le publique n’était pas supposé être là, alors elle ne passa pas du tout inaperçu. « Oh! Mais c’est ma beautée de Jade que voilà! s’exclama le lanceur de couteau pour briser le silence qui c’était produit après son entrée. Tu veux encore que je lance un dard au-dessus de ta tête? » Il avait parlé en rigolant, pensant qu’elle était tout simplement curieuse de les voir aller. Alors que les conversations reprenaient et que le remue-ménage repartait, Kazumi parla d’une forte voix. « Oui. Oui! Je veux recommencer encore et encore. Je veux faire partie de vos spectacles. Je veux voyager avec vous. » Le silence reprit encore quelques instants. Une danseuse lui dit qu’elle devait aller voir le patron, puis elle recommença à se dévêtir réenclenchant la pagaille et les conversations. Le lanceur de couteaux vint près d’elle, il se présenta, Lance de son nom de scène et lui proposa d’aller la mener au patron si elle acceptait de faire sa cible pour ses représentations. Elle hocha doucement la tête en affichant un joli petit sourire enjôleur. Kazumi devenait enfin la Kazumi d’aujoud’hui.

Kazumi du raconté brièvement son histoire et ce qu’elle était capable de faire pour que le patron l’accepte. Il lui dit pourtant qu’elle devait participer un peu plus que simple figurante dans le spectacle si elle voulait les suivre. Elle accepta de faire les corvées, mais ce n‘était pas ce qu’il avait en tête pour une princesse aussi belle et douée. Elle devint donc une polyvalente. Kazumi commença comme figurante étant la cible du lanceur de couteau les soirs de spectacle, puis devint une danseuse et eu même son propre spectacle à elle ou elle mélangeait danse et Shakuhachi, elle dessinait pour les tatouages et appris à en faire tout en se tatouant elle-même sur tout le corps. La vie avec les marchands lui offrit un nouveau départ. Ils voyageaient à tout bout de champs, ne s’arrêtant pas plus que quelques jours dans une ville. Ainsi La jeune fila qui n’avait rien connu devint une habituée des routes et des contrées, s’émerveillant devant chaque nouveau paysage, bientôt il n’en resterait plus.

Sur la route ils rencontraient beaucoup de gens et de villes, parfois leurs rencontres en chemins se révélaient dangereuse. Suite à une attaque par des brigands, elle se trouvait tellement faible et inutile, qu’elle demanda à Lance de lui apprendre à lancer des objets petits et meurtries. Il accepta sous l’emprise de son charme se disant qu’une telle femme armée devenait un véritable danger pour les hommes. Quand elle métrisa enfin le lancer, Kazumi se rendit compte qu’elle pourrait difficilement tuer un homme avec de telles armes et qu’elle ne pouvait en prendre de plus grosse sans attirer l’attention. La jeune femme connaissait bien Abby la guérisseuse, elle était une bonne amie depuis les mois qu’elles voyageaient ensembles et qu’elle soignait ses rhumes. Elle savait également qu’elle ne possédait pas uniquement des potions médicinales. Abby comprit ses intentions et lui enseigna jours après jours comment faire des potions de tous genre. Désormais Kazumi était parée pour une nouvelle attaque de brigands et avait de petites épines somnolentes en permanence sur elle pour les gens trop colérique.

*            *
La perte du monde
*

Kazumi a trouvé sa place parmi les marchands ambulants. Elle y vit selon ses goûts avec des gens aux goûts tout aussi particuliers qui ont choisi la vie de vagabonds. Dans cette troupe, elle passe totalement inaperçus avec tous ces gens excentriques venu des quatre coins du continent. Leur parcourt les conduit là où bon leurs semble avec une trajectoire des plus incertaines. C’est jours-ci, ils parcourent les villages d’Émeraude ce dirigent de plus en plus vers son Château. Kazumi se souvint de l’homme et de son fils qui s’y rendaient pour faire du petit un Chevalier, cela faisait cinq ou six ans de cela, il devait être plus âgé maintenant. Elle se demandait si elle allait le revoir. Ils arrivèrent enfin au Château d’Émeraude et s’installèrent non loin de son entrée. Les villes comme celles-ci accueillaient nombre de visiteurs et le chapiteau était toujours plein. Dans ces occasions les spectacles étaient bien meilleurs, les foules plus participantes et l’ambiance électrisante. Kazumi adorait être dans les grandes villes avec ses compagnons.

La Fleur Rouge de Jade finissait son spectacle. La musique était envoutante et les gens se demandaient comment elle pouvait continuer de jouer de la flute tout en dansant. Elle s’inclina à plusieurs reprise pour saluer son publique et fit un petit tour des gradins pour apercevoir leurs visages émerveillés, comme elle la première fois qu’elle avait vu ses camarade à l’œuvre. Elle aperçut dans les premières rangées plusieurs enfants habillés en verts, l’un d’eux était peut-être ce petit garçon qu’elle avait croisé un jour. Quand elle retourna en coulisse elle pensait à cette journée où elle avait tout de suite rejeté ces Chevaliers verts pour leur manière de recruter. Depuis elle avait entendus bien des histoires sur eux et ne les trouvait plus si mauvais en fin de compte. Qu’aurait été sa vie si elle avait décidé de s’y rendre comme son plan initial le prévoyait au lieu de bifurquer vers le Sud.

Bref, tout cela était bien loin maintenant et elle avait une dernière entré en scène à faire. Elle changea son costume en soie flottante pour celui moulant de la cible, puis rejoint Lance pour son numéro de lancer de couteaux. Il avait depuis longtemps abandonné les demandes au publique. Les gens étaient bien trop froussards, et c’était bien plus émouvant de voir la Fleur Rouge de Jade qui dansait si bien risquer sa vie. Les loufoques présentèrent Lance et sa coéquipière dans leurs folies habituelles annonçant que c’était bien le numéro le plus dangereux du spectacle. Lance entra en premier, fit quelques démonstrations qui furent applaudis sans toutefois créer l’émoi du publique. Puis ce fut l’entrée de Kazumi. Tous retenaient leur souffle quand les couteaux passaient à deux doigts des tatouages de fleurs. Ils y avaient toujours des soupirs de soulagements quand la jeune femme descendait de la cible pour saluer le publique avec le lanceur. Elle adorait les soirées bondées.

Ils repartirent par la suite sur les chemins vers d’autres villes. Elle avait bien aimé ces jours près du Château, les Chevalier semblaient de bonnes personnes malgré qu’ils soient séparé de leur famille aussi jeunes. Ils n’auraient peut-être pas tous voulu être des défenseurs du continent. Qu’importe, elle avait changé sa vie, à eux de le faire s’ils le désiraient vraiment. La jeune femme dirigeait sa jument assise au-devant de son petit chariot plein au rebord, tout en discutant avec Abby assise à l’arrière de sa charrette d’apothicaire dirigé pas son époux. La route paraissait ainsi moins longue quand on discutait avec des amis. Abby babillait quand un mal de tête atteint Kazumi qui ce crut atteinte par les effets d’une drogue tant tout lui tournait. La jument hennit tout en essayant de se défaire de la charrette en vain. Ces secousses faillirent faire tomber la jeune femme déjà faible de sa charrette, mais ce fut la jument qui s’effondra en premier, suivi de peu par Kazumi qui sombra dans l’inconscience.

Kazumi se réveilla courbaturée de son siège pour réaliser qu’elle était seule au beau milieu de nul pars avec sa jument qui allait au plus mal.

Comment avez-vous connu le forum? : Google


Dernière édition par Kazumi le Ven 9 Aoû - 11:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamilia

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 21/02/2013

MessageSujet: Re: Takahashi Kazumi   Dim 4 Aoû - 0:42

Je le sais que ton histoire (qui est très bonne jusqu'à date) n'est pas terminé, mais n'oublie pas de faire un lien avec le forum et l'histoire.

Je suis contente que tu n'as pas mis trop l'accent sur les formes du corps de perso et tout ce que je demande, c'est de continuer sur cette lancée Wink

Bonne continuation de fiche

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazumi

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 01/08/2013

MessageSujet: Re: Takahashi Kazumi   Mar 6 Aoû - 7:55

Alors voici les deux derniers chapitres de mon Histoire. J’ai mis un résumé pour le niveau pratique et Kazumi est bel et bien sur Enkidiev dans l’univers de Faerun, elle est juste un peu à part, mais c’est pour cela que je la trouve intéressante. Si ça dérive un peu, c’est parce que je voulais bien expliquer ses capacités, son équipements, son caractère et son physique.

J’espère que vous aimez, parce que moi j’ai bien aimé l’écrire Smile .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamilia

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 21/02/2013

MessageSujet: Re: Takahashi Kazumi   Ven 9 Aoû - 10:28

Fait attention avec ton titre de princesse de Jade...il y en a une pour vrai et son nom c'est Sheena. Essaie d'arranger cela dans ta présentation...je veux éviter du crêpage de chignon lol


et c'est sombrer dans l'inconscience que tu voulais dire...parce que incontinence...tu te pisses dessus sans contrôle

lol! 

oh mon dieu je la rie encore! (désolée)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazumi

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 01/08/2013

MessageSujet: Re: Takahashi Kazumi   Ven 9 Aoû - 11:41

Embarassed Faute de frappe! Haha! Et Princesse de Jade n’était qu’un nom de scène, je l’ai changé pour la Fleur Rouge de Jade pour évité la confusion.
Voilà!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamilia

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 21/02/2013

MessageSujet: Re: Takahashi Kazumi   Ven 9 Aoû - 12:43

Chouette!

Alors maintenant tu es

ACCEPTÉE!!

Et merci de m'avoir fait rire de la sorte!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Takahashi Kazumi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Takahashi Kazumi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Takahashi Minami (ft. elle-même.)
» Takahashi Minami - Official - Twitter
» Que regardez-vous en animation en ce moment?
» Yumiko Takahashi
» [Kazumi & BlaZe~InaZuma] Akali collaboration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Faerun :: Hors-jeux :: Sujets (RP) terminés-
Sauter vers: