Faerun

Forum RPG avec de multiples Univers
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une douce folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kita

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 18/07/2013

MessageSujet: Une douce folie   Ven 26 Juil - 17:53

Le portail rouge s'illumina et un vent fort souffla lorsque Kita le traversa. Enfin il était de retour sur Enkidiev et le seul petit sentiment qui le traversa alors n'était pas la nostalgie ou la joie mais...le froid. La différence de température entre ici et l'Enfer se faisait sentir mais étant un utilisateur de la magie de glace il fallait avouer que cela ne lui faisait rien, il était maintenant habitué à ces changements. Malgré tout, la douce chaleur derrière ce portail commençait déjà à lui manquer.

Peu importe, il n'était pas revenu pour ça. Il se mit à avancer sur la territoire en scrutant les alentours. Les grands chats de Rubis qui trainaient ici et là ne semblaient pas le voir, comme si son odeur leur était commune, familière. Arrivé à l'intersection d'un buisson et d'une rivière, il sortit son épée et gratta le sol en élaguant un peu la végétation.

*Oui c'était ici...Je le ressens encore tout prêt, entouré de faibles. Cela me facilitera la tâche.*

L'endroit où Kita se trouvait était celui où il avait vu Near pour la dernière fois, avant le cataclysme. Par la suite, son fils était tombé la tête la première sur une pierre et avait perdu la mémoire. Une famille de paysans l'avait alors trouvé, soigné et il vivait maintenant dans leur petite maison proche d'ici.

Kita ne savait pas tout ça mais au moins, il savait que le jeune garçon était ici et c'était l'essentiel. Il rangea son épée et après quelques minutes de marche, il arriva en face d'une cabane en bois où un homme était en train de fendre des bûches avec une hache. Le magicien s'en approcha nonchalamment en hochant la tête.

- Pauvre petites bûches...

L'homme s'arrêta perplexe mais n'eut pas le temps de se retourner que Kita avait déjà dérobé sa hache et l'acheva avec d'un coup sec sur la tête.

- ...tu vois ce qu'elles ont pu ressentir maintenant.

Sa main lâcha la hache qui retomba sur l'homme gisant au sol. Il dégaina ensuite son épée lorsqu'une femme et une petite fille sortirent de la maison, apeurées. Elles connurent le même sort et quelques membres volèrent de-ci de-là aux rythme des coups de lame. C'est à ce moment que Near, son fils, apparut des fleurs entre les mains.

- Qui...qui es-tu ? Qu'as-tu fait à ma famille ?!

Les yeux en pleurs, le jeune garçon lâcha son bouquet et fonça les poings en avant vers Kita qui eut juste besoin de mettre sa lame en avant pour l'embrocher. Near s'arrêta net, la lame ressortant dans son dos. Lorsqu'il toucha la main du magicien il prononça alors son dernier mot:

- Pa...pa ?... *Silence*

Les yeux vitreux, du sang sortant de sa bouche et la tête tombant vers l'arrière, Near était mort. Aux derniers moments, il avait retrouvé une partie de sa mémoire mais c'était trop tard. Kita avait tué son fils, le fils de Kamilia.

- Non mon petit, je ne suis plus digne d'être ton père à présent. Repose en paix.

Le magicien retira l'épée du corps de l'enfant qui s'effondra sur le sol. Il lui ferma les yeux et nettoya sa lame d'un revers de main puis la rangea. Une douce folie s'emparait de lui et il devait l'assouvir quitte à s'en prendre à ses proches. Il prit l'enfant par les cheveux et le regarda. Une larme coula le long de sa joue.

*Je l'ai...vraiment fait et je ne ressens rien. Seul mon corps, machinalement, fait ressortir cette petite dose d'émotion. C'est terrible mais j'aime ça, de plus en plus. Cela tombe bien, passons à la suite !*

Son pouce nettoya sa joue d'un geste vif et il posa sa main sur la garde de son épée. Kita sentait quelqu'un se rapprocher d'ici, ce n'était pas le moment de flâner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître de jeux

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 21/02/2013

MessageSujet: Re: Une douce folie   Mar 6 Aoû - 20:19

Une famille à terre, démembrée, sans vie. Un fils figé à jamais, le sang maculant la terre, éteint. Un père debout... Le carnage... Son carnage.

Le corps de l'homme au crâne défoncé fit un léger mouvement brusque. Ses nerfs s'étaient relâchés, simulant comme un dernier salut de la part du bûcheron. La hache, la meurtrière, glissa le long du bras, le manche résonna légèrement sur la terre lorsqu'il l'atteignit. Puis le silence, à nouveau.

A quelques pas, les morceaux des corps féminins coloraient de rouge la même terre, petit à petit, inéluctablement. La propriété était souillée de la présence des défunts, les maîtres du lieu. Plus loin, le corps sans vie d'un jeune garçon, à deux pas de son assassin, de son père. Figé, l'enfant semblait dormir, si ce n'était la tâche écarlate qui grandissait sur ses vêtements, la flaque tout aussi macabre qui s'élargissait de plus en plus sous lui, et l'expression mêlant surprise et effroi sur son visage, les yeux pourtant fermés. Une expression si forte qu'elle était reconnaissable entre toutes.

Le vent soufflait un peu, courbant les herbes hautes tel le passage d'une vague invisible. Un nuage assombrissait le ciel en cachant la lumière du soleil. Mais ces détails ne parlaient pas à Kita, ils ne les voyaient pas. Il était concentré, il sentait une présence. Etait-elle menaçante? Etait-ce juste une impression? Etait-ce réel? Après tout, tuer son propre fils pouvait faire délirer...

Mais le malin ne délirait pas. Quelqu'un, ou quelque chose, approchait bien. Une femme traversait les hautes herbes. Etait-ce vraiment une femme? Elle ne traversait pas cette verdure comme n'importe qui. Elle passait à travers, marchant lentement, sans s'en apercevoir. Un bruit, léger, irrégulier, émanait de la jeune femme immatérielle. Un son triste et fort. Elle sortit du champ et cela devint plus clair. Elle pleurait, des larmes coulant sur ses joues. Ses cheveux blonds cachaient ses oreilles mais son faciès, magnifique, faisait penser à une splendide elfe. Elle était vêtue d'innombrables linges blancs, aussi immatériels qu'elle, semblant voler autour d'elle en permanence. Ses grands yeux bleus, immensément tristes, fixaient le sol tandis qu'elle avançait.

Puis elle aperçut l'homme gisant au sol, la hache sur son côté. Doucement, elle s'approcha puis s'accroupit. La jeune femme regardait tristement la blessure mortelle, puis la hache, sans sembler comprendre. Elle se pencha cependant sur le corps et, sans le traverser, y posa la tête en s'entourant de ses bras. Les pleurs devinrent plus abondants et sonores, saccadés. La scène était triste et désespérée. Elle le pleurait sans le connaître? Ou se lamentait-elle d'un quelconque malheur en confondant la réalité et sa mémoire?

Elle releva lentement la tête, ses yeux azurés parcoururent les alentours et se posèrent sur les corps déchiquetés de la mère et la fillette. Elle ne semblait pas avoir vu Kita encore. Que ferait-elle à ce moment là? L'immatérielle femme se releva en traversant le corps et se déplaça jusqu'aux cadavres. Elle pleurait plus encore, mélangeant tristesse, désespoir et, parfois, colère. Elle sembla sangloter, ses mouvements étaient aussi saccadés que ses pleurs. Elle s'arrêta près du visage de la mère et le lui caressa. Elle fit ensuite de même avec la petite fille. Puis, debout, elle contempla les deux corps dans leur entièreté, malheureuse. Elle resta ainsi un moment, marquant l'instant d'une profonde tristesse et d'un grand désespoir.

Et elle se retourna. Elle vit le jeune garçon et Kita, mais ne sembla s'intéresser qu'au défunt. Elle s'en approcha, de la même manière qu'avec les autres, et se mit sur les genoux à côté. Kita pouvait la voir distinctement se pencher et faire comme avec le bûcheron. Mais il n'aurait su comprendre si elle lamentait le sort de l'enfant ou si elle délirait. Il pouvait cependant sentir la force de ses émotions. Elle était remplie de tristesse désespérée. Parfois, à l'aide d'un sanglot plus insistant que d'autres, il pouvait noter une touche de haine même. Et elle pleurait, sans s'arrêter. Ses larmes coulaient tel un ruisseau discontinu creusant ses joues translucides.

Enfin, elle leva la tête et ses yeux bleus transpercèrent les siens. L'effroi se lisait dans son regard, puis il changea en incertitude, ses sourcils se rapprochant légèrement. Elle ouvrit la bouche, comme pour parler, mais fut interrompue.

*MOËRA!?*

La voix de la mère, paniquée, résonna dans tous les esprits. La jeune femme sembla oublier Kita et regarda le visage du garçon. Elle sembla comprendre l'expression figée de ses traits, se remit à pleurer, désespérée. Prenait-elle la mort de Near comme celle de son enfant ou la sienne? D'un doigt translucide, elle caressa la joue du garçon, veillant inconsciemment à ne pas le traverser. Puis elle se souvint du cri mental et reporta son attention sur Kita. Elle ouvrit la bouche, le visage effroyablement marqué par ses émotions, mais aucun son n'en sortit.

*Ils sont morts... L'incendie les a fait tomber... J'aurai dû être là...*

L'expression sur son visage changea en une peur douloureuse.

*Mais j'y étais! Je l'ai vu jouer avec le feu... Et il riait!*

Elle revint sur le visage du Near.

*Il les a tué! Pauvre enfant... Il les a tué!*

Ses yeux regardèrent Kita à nouveau, avec une folle colère naissante.

*C'est sa faute! Il m'a blessé... Tu étais là! Qui es-tu?!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une douce folie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La folie des BAM ! [FINI]
» L’argent conduit à la folie !
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Crise de folie... |Libre|
» Douce Missive... [Shaelyss]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Faerun :: Hors-jeux :: Sujets (RP) terminés-
Sauter vers: