Faerun

Forum RPG avec de multiples Univers
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rawia Vadbas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rawia

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 22/07/2013

MessageSujet: Rawia Vadbas   Lun 22 Juil - 5:29

Passages Violant

* Prénom et nom : On m’a donné le nom de Rawia Vadbas, alors c’est ainsi que vous m’appellerez.
* Âge : 22 printemps
* Sexe : Femme de par ma splendeur.
* Race : Elfe, cela ne se voit pas?
* Rang : Vagabonde offrant ses services.
Alignement : On me dit mauvaise, mais je ne fais que ce qui me plait et je ne suis pour aucun camp.


* Équipement : Mon arme ne me quitte jamais. Indigo est ma vie, car sans elle je ne serais rien. C’est la meilleure lame que je n’ai jamais tenue dans mes mains, fine et robuste à la fois, elle pourfend quiconque mérite sa prime. Son fourreau est noir et parsemé de légers motifs indigo se poursuivant sur la garde et le pommeau, d’où son nom. Je possède également une dague, qui, ma fois, met bien plus utile pour de menu travaux que pour enlever une vie, même si elle égorge convenablement.

Mon armure, pour m’avoir coûtée les yeux de la tête, est d’une extrême qualité; suffisamment solide sans toutefois me gêner dans mes mouvements (je précise, ce n’est pas l’armure de plate de mon avatar). Faite de cuir sombre et de métal, elle m’évite tout ce qui pourrait avoir passé mes défenses. Il est évident que je ne me balade pas uniquement vêtue de mon armure. C’est pourquoi je possède quelques bouts de vêtements pour m’approprier les événements.

Afin de voyager dans un confort raisonnable, je chevauche une vigoureuse bête brune. Ma jument Vaana porte volontiers mes bagages et ne rechigne que très peu lorsqu’il y a de l’action autour d’elle.


* Capacités : Mon agilité est ma force. Rare son ceux qui sont capable de me riposter, je frappe la première et mieux pour moi que ce soit également ma dernière attaque. Dans le cas contraire, j’esquive tous coups venant sur moi et si ça met impossible, Indigo me protège.

Aucune personne ne peut me mentir. Lire les pensées des autres m’a évité bien des problèmes, surtout lors de négociations et d’altercations avec certains individus.


* Maîtrise des pouvoirs : Si l’art du combat est un pouvoir, je le maîtrise à la perfection. Sinon, je perçois des pensés de personnes sur lesquelles je me concentre.


* Caractère : Les sentiments ne marchent pas avec moi, aucun moyen de me toucher le cœur avec des mots. Je l’ai perdu depuis longtemps. Je ne vis que pour moi et tous mes gestes ne sont que pour mon intérêt personnel. À quoi bon le nier, je suis égocentrique depuis qu’on ne m’a jamais rien donné, depuis qu’on m’a montré que je ne pouvais compter que sur moi-même et personne d’autre.

Dans cet optique où je ne cherche que mon bien être et que celui d’autrui ne m’importune guère, tuer pour de l’argent me semble une bonne solution. J’aime le travail vite fait bien fait. Pas de complications ni effusion de sang inutile. Je n’entends pas par là le nombre de victimes, mais le nombre de coup par victime. Le sang, ça éclabousse partout et tache les vêtements. C’est toujours une perte de temps et d’argent de se changer et de se procurer de nouveaux habits.


* Physique : Je suis différente. Je le vois dans le regard des autres quand ils m’observent, à leur manière de détourner le regard quand ils croisent le mien. Ils sont mal à l’aise, certains le cache mieux que d’autres, c’est tout. Mais ce n’est pas comme si ça faisait une différence pour moi, ils ne peuvent me mentir. Ils me voient et sans se duper savent que je suis une elfe. Impossible de se tromper avec ma fine silhouette, ma démarche légère et mes, si immanquables, longues, oreilles, pointues.

Mais ce n’est pas ce qu’ils leurs fait détourné le regard, ils en ont vus d’autres des elfes. En pénétrant dans leurs pensées, je n’y ai jamais trouvé que des impressions. Ils ont peur de mon attitude, de ma posture hautaine et de mes yeux noirs qui les fixes jusqu’aux tréfonds de leurs êtres. Mes longs cheveux blonds, si pâles, me donnent un teint encore plus livide qu’il ne l’est déjà, finalisant leurs craintes. Pour tous, ma peau maladive est sans nul doute un signe de maléfice.


* Histoire : Mes plus lointain souvenir me date de mon enfance. Une époque où j’étais faible. Je recherchais encore l’affection de mes parents, s’ils sont réellement mes parents. Ceux-ci m’ont élevé comme un chien dont on ne veut pas, mais de qui on a pitié et qu’on abandonne dès qu’il peut survivre seul. Comme si c’était mieux de laisser une fillette seule à elle-même plutôt que de l’achevée avant qu’elle n’ait eu de réelle conscience de la solitude. Voir aujourd’hui un enfant dans la même condition, je l’achèverais avant qu’il ne connaisse la souffrance.

Je me souviens encore de mes journées dans la forêt des elfes à jouer avec mon reflet dans l’eau. Je ne voyais pas ce que j’avais de si différent pour toujours être seule. J’étais comme tous les autres enfants, pensais-je autrefois. Mais on me le disait si souvent que cela me faisait martel en tête. Sale insecte, tu es le mal. Tu es une démone. Effrayante petite fille. Insupportable enfant. Petite bestiole, tu es le mal.

Tu es le mal, me disait-on. Pourquoi? Parce que je n’avais pas la même couleur de peau? Je devins donc comme il me traitait, un être à part et vil. Dès lors, je ne me souciais plus du bien être des gens qui m’entouraient, puisqu’ils ne se souciaient guère plus de moi. Je devins de plus en plus irascible et destructrice. Je haïssais tous ceux qui portaient un regard sur moi, je leur voulais du mal.

Plus une personne ne me supportais. Leurs maisons se faisaient trop souvent saccagées, leurs enfants persécutés et blessés. Puis, le jour vint où je dépassai les bornes. Lors de l’une de mes perpétuelles bagarres avec les enfants de mon âge, j’emmenais avec moi un couteau simplet, volé à mes parents. Je me souviens encore du regard du jeune garçon qui se vidait de sa vie avant de basculer en arrière et de tomber dans une crevasse entre deux pics rocheux de la plage. Son corps inerte gisait à la pénombre, disloqué, couvert de sang, mort avant de toucher le fond.

Quelque chose en moi s’est rompu en même temps que l’échine de ce garçon. Cela ne me faisait rien. Il était mort par ma main et aucune émotion n’en ressortait. Je réalise que ce ne sont pas des choses que les gens commun feraient sans remords. Hors, enlever une vie ne me fais ni chaud ni froid, aujourd’hui encore.

C’est ma mère qui avais été désignée pour me bannir. Ils l’accusaient de mon comportement, elle devait donc racheter ses erreurs en faisant ce que personne n’avait osé jusque-là. C’est également à ce moment que j’ai entendu les pensées d’une autre personne pour la première fois. Elle s’était agenouillée pour me parler à hauteur des yeux. Dans ma tête résonna la voix de ma mère alors que mon couteau ressortait de sa gorge.

*J’aurais dû te tuer quand tu étais bébé.*

Elle aurait dû. Elle était faible.

Plusieurs jours plus tard, je faiblissais dans une vallée à de nombreuses heures du village d’elfe. La faim me tenaillait, m’affaiblissant de jour en jour. Je pensais rester là quand un elfe s’est présenté à moi. Il m’a donné de l’eau, de la nourriture et m’a demandé de le suivre. Je me rappelle lui avoir dit de me porter s’il voulait que j’aille où que ce soit. À mon grand étonnement, c’est ce qu’il fit.

Anaéril fut mon maître pendant six longues années avant de mourir. Il disait qu’il recherchait un enfant comme moi, qui lui ressemblerait et qui serait prêt à venger le monde en son nom pour toutes les injustices qu’il avait connu dans la vie. Je lui disais toujours que je ne serais jamais cette personne. Pourtant il continuait à m’entrainer.

Il m’apprit à marcher sans bruit, tuer un homme et me battre en dansant. Il m’apprit à vivre pour me battre, me battre pour vivre.

Puis vint le jour de notre dernier affrontement. Je n’avais jamais réussi à le battre auparavant, je doutais donc de pouvoir gagner. Avant le combat, Anaéril me présenta son épée, Indigo. Je rêvais de la tenir depuis que je l’avais vue. Il me disait qu’il me la donnait, elle et le titre de Danseuse de Guerre. La condition était de le vaincre dans un combat à mort et qu’il n’aurait aucune pitié, que si je refusais je n’avais qu’à m’agenouiller et attendre la mort comme ma mère.

Je lui rétorquais je si je gagnais, je ne serais pas la lame vengeresse qu’il attendait de moi.

-Tu accompliras alors ta propre vengeance, me dit-il lorsqu’il prenait la position de combat.

L’issue est évidente, contrairement au combat qui fut ardu et me laissa blessée.

À quinze ans, j’étais alors au commencement de ce que je suis aujourd’hui. J’ai voyagé longtemps, j’ai marchandé des contra, apporté des têtes, décimé des familles. Je ne fais ni la vengeance d’Anaéril, ni la mienne. Je fais celle de tous ceux qui sont prêt à payer.

Je suis une Danseuse de Guerre.
Je suis une Vengeance.
Je suis une Vagabonde qui vend sa Lame.


Comment avez-vous connu le forum? :
Une amie.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rawia

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 22/07/2013

MessageSujet: Re: Rawia Vadbas   Mar 23 Juil - 5:35

Terminé

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nékoe
Admin
avatar

Messages : 457
Date d'inscription : 20/02/2013
Age : 25
Localisation : somewhere close to you *.*

MessageSujet: Re: Rawia Vadbas   Mar 23 Juil - 11:51

GENIAL UNE DROW!
tu es accepté choupinette!

_________________
you're the antidote, for solitude
injected in my veins
may the touch of your hand, forever be
my therapy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rawia Vadbas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rawia Vadbas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Faerun :: Hors-jeux :: Sujets (RP) terminés-
Sauter vers: